[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Toux, rhumes, asthme, infections, troubles digestifs, chute de cheveux, fatigue, déprime… Le thym bio antioxydant naturel puissant est un remède puissant utilisé depuis l’Antiquité.

Herbe aromatique qui abonde dans la garrigue provençale et se cultive facilement dans les jardins et sur les terrasses, le thym ordinaire ou Thymus vulgaris rehausse bouquets garnis, tisanes et autres pots-pourris d’une note franche caractéristique. Cette plante vivace pousse partout, pourvu qu’il y ait du soleil. La cuisine méditerranéenne ne saurait s’en passer. Consommée fraîche ou séchée, une petite pincée suffit à parfumer irrésistiblement grillades, salades et plats mijotés. Mais saviez-vous que le thym possède également de nombreuses propriétés thérapeutiques intéressantes ?

Ses principes actifs sont stimulants, toniques, balsamiques et très fortement antiseptiques. L’huile essentielle de thym et le thymol, l’un des principes actifs du thym, constituent des ingrédients de choix pour la fabrication de savons et de cosmétiques.

Ce n’est pas un hasard si nos grands-mères l’utilisaient autrefois pour calmer les angoisses, l’anxiété et les idées noires ; l’action du thym se manifeste par une légère hypertension, un accroissement des forces physiques et l’amélioration du moral. C’est un bon remède dans tous les états de fatigue et d’asthénie. Le thym convient aussi pour stimuler les fonctions digestives, lentes ou pénibles.

Les vertus du thym étaient bien connues des anciens

D’après les historiens, les Sumériens et les Égyptiens de la haute Antiquité l’utilisent déjà dans les préparations servant à embaumer les morts. Hippocrate en mentionne les vertus, et Galien écrit que «le thym est notoirement incisif et chaud. Il est propre à faire uriner et à provoquer le flux menstruel, à faire avorter et sortir l’enfant du ventre de la mère, et à nettoyer les parties nobles et intérieures, le prenant en breuvage. Il est propre à faire cracher et jeter hors toutes les superfluités de la poitrine et du poumon». Aetius, médecin et chirurgien grec du VIe siècle, affirme dans son Tetrabiblos: «Donne hardiment à boire à gens goutteux quatre dragmes de thym sec et pulvérisé, à jeun, avec un cyathe de vinaigre miellé: ils évacueront la colère et autres humeurs, et même la matière pourrie, piquante et mordante qui cause la douleur.» Il poursuit en prescrivant la poudre de thym pour les sciatiques, les douleurs des reins et de la vessie, pour la colite et les ballonnements, pour les mélancoliques et «ceux qui ont l’esprit troublé».

Pline l’Ancien fait la recommandation suivante: «Il faut cueillir le thym quand il est en fleur et le faire sécher à l’ombre.» Cet auteur indique en outre d’utiliser le thym en assaisonnement ou en médicament pour la toux et pour guérir les maux d’estomac et des intestins.

Au Moyen Âge, divers écrits en recommandent l’usage pour soigner la lèpre, la paralysie et les maladies nerveuses. L’apothicaire et chimiste français Nicolas Lémery (XVIIe siècle) le prescrivait pour fortifier le cerveau, pour l’asthme, les coliques venteuses, pour aider à la digestion, pour résister au venin et pour provoquer l’accouchement. A la même époque, la vapeur de l’infusion était aussi prescrite contre le lumbago.

Le thym, une herbe aromatique aux multiples vertus thérapeutiques

Le thym, une herbe aromatique aux multiples vertus thérapeutiques

Indications thérapeutiques

La prise par voie orale est indiquée pour soulager la toux causée par la bronchite, l’inflammation des voies respiratoires et la coqueluche, et pour traiter les troubles digestifs et gastro-intestinaux ainsi que les infections urinaires. Le thym permet aussi de traiter les inflammations des muqueuses buccales et la mauvaise haleine, de combattre la plaque dentaire, et de soigner les blessures et les affections cutanées mineures (voie externe).

Certains auteurs affirment que le thym «excite» l’intelligence, avive l’appétit sexuel et, en lotion, aide à stopper la chute des cheveux. Ainsi, une tasse d’infusion de thym chaque matin produirait des effets spectaculaires : fraîcheur d’esprit, sensation de légèreté de l’estomac, absence de toux matinale, effet tonique et euphorisant…

Préparation et dosage

Pour préparer une infusion de thym il faut entre 10 et 15 grammes par litre d’eau bouillante. Il est recommandé d’en boire cinq ou six tasses par jour.

Pour le vin apéritif il faut entre 30 et 50 grammes de thym par litre de vin, blanc ou rouge : il faut laisser macérer le mélange pendant une semaine au moins avant de le filtrer et d’y ajouter du sucre. A boire avec modération avant le repas !

Une décoction de thym (60 grammes par litre) versée dans l’eau du bain a des effets toniques et vivifiants pour l’organisme, et serait particulièrement bénéfique aux personnes souffrant de douleurs musculaires et de rhumatismes. Cette même recette est idéale pour l’hygiène buccale (rince-bouche ou gargarisme) et pour faire des compresses servant à soigner les petites plaies et irritations cutanées.

Pour les affections des voies respiratoires et la toux plus particulièrement, il est conseillé de mélanger 0,50 gr d’essence de thym, 0,50 gr d’essence d’eucalyptus et 0,50 gr d’essence de cyprès avec 60 cl d’alcool à 90° et de prendre vingt gouttes de ce mélange dans un peu d’eau matin et soir.

Quelques précautions d’usage

Le thym a été utilisé pour ses vertus thérapeutiques pendant plusieurs millénaires sans qu’on ne lui trouve d’effets indésirables. Cependant certaines sources recommandent aux femmes enceintes d’éviter les extraits et concentrés de thym pendant la grossesse et l’allaitement. Il apparaît aussi que les personnes qui souffrent d’allergie à la menthe doivent éviter le thym. Par ailleurs, une sensibilité au pollen de bouleau ou au céleri pourrait indiquer une sensibilité croisée avec le thym. Attention, il ne faut jamais appliquer d’huile essentielle de thym pure sur la peau: le dosage recommandé est de maximum 5% d’huile essentielle à diluer dans de l’huile végétale. Enfin, rappelons qu’il ne faut jamais prendre d’huile essentielle par voie orale (de thym ou de toute autre plante) sauf sous la surveillance d’un médecin ou d’un aromathérapeute compétent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*