[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le thym bio antioxydant naturel puissant

Les caractéristiques

Famille : Lamiacées ou labiées
PĂ©riode de floraison : Mai Ă  octobre
Couleurs des fleurs : Nuance du blanc ou mauve
Exposition : Ensoleillée
Type de sol : Drainé, avec des cailloux
Humidité du sol : Faible
Type de végétation : Herbacée vivace
Plantation : Printemps
RĂ©colte : Juin et septembre

thym citronné

thym citronné

Histoire

Originaire de l’Europe Méridionale, le thym permettait d’embaumer les défunts Égyptiens et Étrusques. D’ailleurs, à cette époque, « thymus » voulait dire « parfumer ».

Une légende raconte qu’au cours de la Guerre de Troie, les larmes de la belle Hélène a permis la naissance de cet aromate. Utilisé alors en produits cosmétiques par les Romains, les Grecs quant à eux le brûlaient devant l’autel de leurs Dieux et devant les riches habitations. Plus curieux encore, les Romains en remplissez leurs couches le soir.

Lors des croisades, les femmes brodaient Ă  leurs hommes chevaliers des abeilles en thym pour leur donner courage.

Ce condiment, placé sous l’oreiller, favoriserait la venue du sommeil

De nos jours, près de 300 variétés de thym sont répertoriées. Appelé aussi « farigoule » par les français du sud, cet aromate a des vertus médicinales et culinaires remarquables.

Culture

Réalisez des rangs espacés de trois mètres entre eux. Creusez des trous tous les mètres et légèrement plus grands que les racines.

Préparez le sol en mélangeant la terre avec un bon terreau, du sable et des morceaux de calcaire.

Coupez l’extrémité de vos souches en éliminant les parties abîmées.

Placez vos plants sur une butte de terre et paillez-les avec des pierres. Ce procédé maintiendra la chaleur et évitera la pourriture. Tassez doucement puis, arrosez abondamment. La levée s’effectuera au bout de deux à trois semaines suivant la plantation.

À noter que la culture du thym peut se réaliser en pots. Auquel cas, choisissez une terre poreuse.

Astuce malin : La formation d’une cuvette autour du pied permettra durant l’arrosage, de diriger l’eau automatiquement vers le centre.

Entretien et récolte

Au début de la culture du thym, pincez avec les doigts les jeunes pousses afin de ravitailler les touffes.

Après la floraison, taillez vos plants. Une deuxième taille est préconisée tous les trois ans pour rajeunir l’ensemble des semis. À ce moment là, profitez-en pour alterner les cultures.

Tous les cinq ans, réalisez un bouturage.

La récolte quant à elle s’effectue le matin : coupez alors les tiges au ras du sol sur plusieurs plants afin d’éclaircir les pieds.

Ce condiment se conserve parfaitement frais dans un verre d’eau ou dans un sac plastique en bas de votre réfrigérateur pendant une semaine. Pour une conservation à longue durée soit près d’un an, séchez le bouquet de thym tête en bas dans un endroit aéré puis, mettez-les dans des bocaux fermés hermétiquement pour conserver ses arômes.

Maladies et nuisibles

Le thym craint certaines maladies qui attaqueraient Ă©ventuellement ses racines et principalement les acariens. Contre le dĂ©veloppement de ces derniers, un bon insecticide est recommandĂ©….

Saviez-vous que ce condiment Ă©loigne les insectes nuisibles de votre potager


[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Thymus bio antioxydant naturel puissant est un genre de plantes (couramment appelées thym ou serpolet) de la famille des Lamiacées.

Ce genre comporte plus de 300 espèces. Ce sont des plantes rampantes ou en coussinet portant de petites fleurs rose pâle ou blanches. Ces plantes sont riches en huiles essentielles et à ce titre font partie des plantes aromatiques. La principale huile essentielle de Thymus vulgaris est un terpénoïde qui lui doit son nom, le thymol, une substance bactéricide. Dans le sud de la France, le thym est aussi fréquemment appelé farigoule (de son nom occitan : farigola).

Description

Plantes vivaces, Ă  limbe foliaire entier.
Inflorescence formée, au moins dans sa partie supérieure de glomérules rapprochés en forme de capitule ou d’épi dense.
Pour l’examen de la répartition des poils sur la tige, on se basera de préférence sur le 2e entrenœud sous l’inflorescence.
Étamines dépassant la lèvre supérieure de la corolle (au moins 2 d’entre elles), à filets divergents.

Culture

Le thym est très rĂ©sistant. Il a besoin de soleil et pousse Ă  l’Ă©tat sauvage sur les collines arides et rocailleuses des rĂ©gions mĂ©diterranĂ©ennes. Le thym peut se reproduire par semis ou par division de racines, marcottage, ou bouturage. Les plantations s’effectuent tous les 30 cm. Ă€ chaque printemps, il est prĂ©fĂ©rable d’engraisser la terre avec de l’engrais ou de la poudre d’os et de couper la plante de moitiĂ© pour favoriser l’apparition de nouvelles pousses. Par contre, il ne faut pas mettre de l’engrais durant l’Ă©tĂ© car cet apport excĂ©dentaire de vitamines rend la plante fragile Ă  l’Ă©poque des gelĂ©es. Pour la culture en pot, utilisez une terre poreuse. Comme il dĂ©teste les terres humides, installez-le dans un endroit surĂ©levĂ© par rapport Ă  l’allĂ©e, afin que l’eau s’Ă©coule. Si vous devez le tailler, faites-le après la floraison. Quant Ă  sa multiplication, elle se fait par division des touffes au printemps ou par bouturage estival. Il peut pousser jusqu’Ă  1 500 Ă  2 000 mètres d’altitude.
Il faut renouveler les plants tous les trois ans sinon la tige devient trop ligneuse et les feuilles perdent leur goût si caractéristique.

Bouquet de thym bio

Bouquet de thym bio

Histoire

Thymus provient du grec thumon qui signifie « offrande (que l’on brĂ»le) » et « parfum », Ă  cause de l’odeur agrĂ©able que la plante dĂ©gage naturellement ou lorsqu’on la fait brĂ»ler.
Les Égyptiens et les Étrusques utilisaient le thym mĂ©langĂ© aux onguents pour embaumer leurs morts. Les Grecs en brĂ»laient devant l’autel de leurs dieux, les places publiques et les riches demeures, pensant que cette plante Ă©tait source de courage ; ils en mettaient aussi dans leurs plats ; le thym Ă©tait aussi utilisĂ© Ă  profusion comme parfum stimulant qu’ils versaient dans leur bain ou dont ils s’oignaient le corps. La lĂ©gende veut que Pâris enleva la Belle HĂ©lène et que la princesse Ă©tait fort triste : Ă  chaque larme qui tombait de ses yeux sur le sol, naissait une touffe de thym.
Les Romains, la diffusant en Europe, en faisaient de nombreuses sortes de cosmĂ©tiques (eau de toilette parfumant mĂŞme leurs couches, baume censĂ© retarder le vieillissement) et s’en servaient pour purifier leurs pièces d’habitation et pour « donner du parfum aux fromages et liqueurs. ».
Ce symbole de courage se perpĂ©tue au Moyen Ă‚ge, notamment lors des Croisades. Les demoiselles brodaient des abeilles voletant près d’une branche de thym sur les Ă©charpes qu’elles offraient Ă  leur chevalier qui partait trop loin de leur cĹ“ur. Les sorcières fabriquaient des philtres d’amour Ă  base de marjolaine, de thym, de verveine et de fleurs de myrte. Il Ă©tait aussi placĂ© sous les oreillers (car il favoriserait le sommeil en chassant les cauchemars et la mĂ©lancolie) et sur les cercueils lors des funĂ©railles car on pensait qu’il facilitait le passage dans l’autre vie.
Dans le langage des fleurs, il est symbole de courage, amour durable, esprit de créativité, dynamisme et résistance physique.
Le thym est la plante correspondant au 28 Prairial du calendrier républicain

Utilisations

Le thym est utilisé comme aromate en cuisine et comme plante médicinale, dans les tisanes ou même dans les bonbons (Ricola par exemple).
En tisane, il sert Ă  soigner les infections respiratoires. Une tisane de thym est Ă©galement efficace pour drainer le foie, ce qui fait qu’il est recommandĂ© par la naturopathie pour les personnes subissant une chimiothĂ©rapie, traitement très destructeur pour le foie.
C’est aussi un excellent calmant.

Culinaire

Le thym est une plante condimentaire très utilisée en particulier dans la cuisine provençale et rurale. Avec le laurier et le persil, il fait partie du bouquet garni qui relève de nombreuses recettes de viande en sauce.

Propriétés médicinales

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Merci d’ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence souhaitée}}.
Le thym est antiseptique et il a des propriétés antivirales. Il est aussi stomachique, expectorant et antispasmodique.
En aromate ou en infusion, c’est un dĂ©sinfectant des voies digestives souvent utilisĂ© en association avec le romarin et la sauge. Le thym soulage les digestions difficiles.
L’infusion de thym peut s’utiliser en bain de bouche en cas d’inflammation des gencives et en gargarisme en cas d’irritation de la gorge ou d’angine.
Mais surtout le thym ou des prĂ©parations contenant du thym s’utilisent en fumigation pour traiter les rhinites et les sinusites.
Le thym aussi peut être utilisé pour la maladie du foie.

Liqueur

Le thym peut ĂŞtre Ă©galement utilisĂ© pour fabriquer des liqueurs particulièrement parfumĂ©es quand elles sont Ă  base de fleurs ramassĂ©es l’Ă©tĂ©.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le thym bio antioxydant naturel puissant est un sous arbrisseau rustique originaire du Bassin mĂ©diterranĂ©en qui pousse spontanĂ©ment dans le midi, sur les terrains rocailleux chauds et secs de la garrigue, les près et les champs d’altitude. LĂ -bas on l’appelle aussi farrigoule.

Les tiges, ligneuses Ă  la base, ramifiĂ©es et tortueuses sont garnies de petites feuilles de couleur gris-vert, aromatiques et persistantes. Du mois de mai au mois d’aout, les petites fleurs rosĂ©s ou rouges se regroupent en petits capitules au bout des tiges.

Les thyms forment un genre de 350 espèces diffĂ©rentes, certaines Ă  port rampant, d’autres Ă  port dressĂ© qui peuvent atteindre 40 cm de hauteur.

Plant de thym bio

Plant de thym bio

La culture du thym

Les thyms, plantes emblématiques de la Provence, prospèrent dans des sols légers et bien drainés ; un terrain calcaire et humifère et exposé plein soleil est leur paradis.

A l’inverse, ils n’apprĂ©cient pas les grands froids et redoute l’eau stagnante. Il est donc conseillĂ©, selon la nature du sol, d’apporter compost et amendement pour amĂ©liorer sa structure et le nourrir. La culture en pot peut ĂŞtre aussi la solution aux sols trop lourds. Dans ce cas, utilisez un support de culture drainant, Ă  base de terre du jardin.

Une fois installĂ©s, les thyms peuvent rester en place 6 ans. Lorsque les pieds sont jeunes, les arrosages et le paillage sont nĂ©cessaires en cas de grande sĂ©cheresse. Par la suite, l’entretien se limite au dĂ©sherbage.

Le thym se rĂ©colte toute l’annĂ©e mais si vous souhaitez le conserver, il est prĂ©fĂ©rable de le couper en dĂ©but de floraison, pĂ©riode ou les sommitĂ©s sont les plus riches en principes actifs. Profitez-en pour lui donner une jolie forme.

Les thyms Ă  port dressĂ© (Thymus vulgaris) sont intĂ©ressants dans les jardins d’herbes ; leur taille et leur forme favorisent la cueillette. Ils trouvent cependant Ă©galement leur place en tant que plante ornementale, par exemple dans une rocaille.

Les thyms à port rampant (thymus serpyllum) font de belles allées aromatisées ; vous pouvez les mélanger avec la pelouse dans les endroits ensoleillés et secs. Enfin, les thyms à port arrondi (Thymus « Snow White ») et aux contours réguliers sont parfaits pour la culture en pot.

La multiplication

Les semis se font de mars Ă  mai, en pĂ©pinière ou en caissette. Les graines doivent ĂŞtre recouvertes d’un peu de terre Ă©miettĂ©e ou de compost, puis le sol doit ĂŞtre plombĂ© avec un râteau. Lorsque les plants sont suffisamment forts, repiquez-les en espaçant les pieds de 20 Ă  40 cm.

La multiplication par éclats de souches (souches plutôt vieilles) se fait en mars -avril en climat froid, ou en septembre en climat chaud et sec. Le bouturage est réalisé quant à lui à partir de la fin du printemps, en plantant le jeune rameau aux deux tiers de sa longueur. Il faut compter environ deux mois pour un bon enracinement.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le thym bio antioxydant naturel puissant est un condiment très employĂ© en cuisine avec le laurier et d’autres herbes de province. Mais saviez-vous que le thym est aussi une plante mĂ©dicinale aux multiples vertus, utilisĂ©e en phytothĂ©rapie depuis des centaines d’annĂ©es ?

Nom botanique et Appellations communes du thym

Le thym commun ou thym cultivĂ© est un sous-arbrisseau vivace et aromatique qui appartient Ă  la famille des LamiacĂ©es (basilic, marjolaine, menthe, origan, thym et romarin). Le nom botanique du thym commun est ‘Thymus Vulgaris’ et ses appellations communes sont le serpolet ou la farigoule en Provence.

Thym et composants actifs de la plante

Le thym renferme une huile essentielle composĂ©e de THYMOL et de CARVACROL, des acides rosmariniques et cafĂ©iques, des tanins et des flavonoĂŻdes dont l’apigĂ©nine (ou apigĂ©nol), la naringĂ©nine, la lutĂ©oline (ou lutĂ©olol) et la thymonine. Les feuilles de thym sont aussi riches en vitamines B1, C et en magnĂ©sium.

5 propriétés médicinales connues du thym

1. Thym et Propriétés Antibactériennes

Plusieurs Ă©tudes ont confirmĂ© l’activitĂ© antibactĂ©rienne du thym contre les bactĂ©ries pathogènes Ă  Gram positif et Ă  Gram nĂ©gatif. Ces Ă©tudes ont suggĂ©rĂ© l’utilisation de thym comme un antibiotique.

Le thymol est 25 fois plus efficace que le phĂ©nol, un antiseptique puissant utilisĂ© en mĂ©decine, mais moins toxique. ” Le carvacrol quant Ă  lui empĂŞche la croissance de plusieurs souches de bactĂ©ries telles que le colibacille ‘Escherichia coli’ et la bacille ‘Bacillus cereus’.

Le thym bio antioxydant naturel bio

Le thym bio antioxydant naturel bio

2. Thym et Vertus Antivirales

Le thym est aussi un remède contre les virus. Parmi les recettes de grands-mères connues pour lutter contre la fièvre et le virus de la grippe figure l’infusion de thym. RĂ©cemment, la science a commencĂ© Ă  explorer les vertus antivirales du thym. Il s’avère que le thym possède des propriĂ©tĂ©s antivirales contre l’Herpès Simplex.

3. Thym et Propriétés Antifongiques

Le thym est un puissant remède antifongique. Son huile essentielle est souvent utilisĂ©e dans ce but. Plusieurs Ă©tudes ont rĂ©vĂ©lĂ© que l’huile essentielle de thym est en fongicide naturel Ă  large spectre d’action.

4. Thym et Vertus Anti-inflammatoires

Une Ă©tude rĂ©cente a indiquĂ© que l’huile essentielle de thym peut rĂ©duire l’inflammation. Les chercheurs ont comparĂ© l’effet thĂ©rapeutique de l’huile essentielle de thym Ă  six autres huiles essentielles, constatant que l’huile de thym exerce l’action anti-inflammatoire la plus puissante.

En effet, elle est capable d’inhiber une enzyme appelĂ©e : CyclooxygĂ©nase-2 ou COX-2. Lorsque l’enzyme Cox-2 est bloquĂ©e, l’inflammation diminue. L’huile essentielle de thym joue le mĂŞme rĂ´le que l’Ibuprofène, un mĂ©dicament AINS (anti-inflammatoire non stĂ©roĂŻdien) pour traiter la douleur et l’inflammation.

5. Thym et Action Antioxydante

Les flavonoĂŻdes contenus dans le thym (apigĂ©nine, naringĂ©nine, lutĂ©oline, et thymonine) exercent en combinaison avec les vitamines et les minĂ©raux un puissant effet antioxydant. Les antioxydants protègent les cellules de l’oxydation.

Les indications de l’emploi du thym en mĂ©decine douce

1. Le thym contre la toux, la bronchite et les maux de gorge

En 2007, les scientifiques Allemands ont réalisé une étude sur 1234 adolescents souffrant de bronchite aigüe. Ils leur ont prescrit pendant 10 jours un extrait de sirop 100% naturel à base de thym et de lierre.

Qu’Ă  rĂ©vĂ©lĂ© cette Ă©tude clinique ? Les symptĂ´mes chez les jeunes patients ont nettement diminuĂ© et chez certains, ce remède phytothĂ©rapique les a complètement guĂ©ris. Chez l’ensemble de ces adolescents, la toux a diminuĂ© de 81,3 % le 10ème jour de traitement.

2. Le thym contre les candidoses buccales et vaginales

Candida albicans est une espèce de levure qui peut ĂŞtre responsable d’infections fongiques digestives et gynĂ©cologique. Une Ă©tude a dĂ©montrĂ© que l’huile essentielle de thym exerce une puissante action ‘anti-candida’ qui permet de traiter naturellement et efficacement les candidoses buccales ou vaginales.

3. Le thym contre l’herpès simplex

Des Ă©tudes in vitro ont Ă©tĂ© menĂ©es pour Ă©valuer l’action antivirale du thym (ainsi que d’autres espèces de la famille des lamiacĂ©e) sur le virus de l’herpès simplex (HSV) de type 1 et de type 2. Les deux types de virus de l’herpès ont Ă©tĂ© considĂ©rablement neutralisĂ©s après le traitement avec ces extraits de plante.

L’extrait de feuilles de thym rĂ©duit plus de 90% la formation d’une plaque Ă©rythĂ©mateuse causĂ©e par le HSV-1 et plus de 85% la formation d’une plaque gĂ©nĂ©rĂ©e par le HSV-2.

4. Le thym contre le Propionibacterium acnes de l’acnĂ©

Des Ă©tudes rĂ©centes ont indiquĂ© qu’une teinture prĂ©parĂ©e Ă  base de feuilles de thym est capable d’inhiber ou d’empĂŞcher la croissance d’une bactĂ©rie (Propionibacterium acnes ) responsable de dĂ©clencher l’inflammation qui se prĂ©sente dans le cas de l’acnĂ©. Consultez l’article : Propionibacterium acnes, acnĂ© et remède naturel

5. Le thym pour désintoxiquer le foie

Une Ă©tude a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e sur des souris de laboratoire pour constater l’effet thĂ©rapeutique des extraits aqueux de thym (Thymus vulgaris) et de gingembre (Zingiber officinale Roscoe) sur le foie endommagĂ© par l’abus d’alcool.

Les résultats de cette enquête ont révélé que les extraits aqueux de thym et de gingembre exercent des effets antioxydants et ont le pouvoir de désintoxiquer le foie.

Les naturopathes prescrivent souvent une tisane de thym aux patients qui subissent une chimiothĂ©rapie dans le but de protĂ©ger le foie contre l’effet agressif des mĂ©dicaments (action hĂ©pato-protecteur du thym).

6. Autres indications

Citons Ă  prĂ©sent des indications de l’usage du thym en mĂ©decine douce qui n’ont pas encore fait l’objet d’Ă©tudes scientifiques :

Usage interne des feuilles de thym (tisane) :

> Le thym possèderait des propriĂ©tĂ©s expectorantes, et aiderait Ă  expulser les mucositĂ©s des poumons et des voies respiratoires. Selon l’opinion de certains naturopathes, le thym soulagerait Ă©galement les symptĂ´mes de l’asthme.

> Le thym est souvent utilisĂ© pour soulager les troubles du tube digestif. Il peut s’avĂ©rer efficace pour soulager les symptĂ´mes suivants : flatulences excessives, nausĂ©es, indigestion, gastro-entĂ©rites, coliques et la perte d’appĂ©tit.

> Une tisane peut Ă©galement aider Ă  soulager les maux de tĂŞte.

> Certaines femmes ont l’habitude de boire un thĂ© prĂ©parĂ© avec une branche de thym afin de soulager les crampes menstruelles ainsi que les symptĂ´mes du syndrome prĂ©menstruel.

> Une tisane au thym (2 cuillères Ă  soupe de thym dans un litre d’eau pure) prise Ă  jeun pendant une semaine exercerait une action antiparasitaire. Ce remède populaire supprimerait les parasites intestinaux tels que les oxyures, les ankylostomes, le tĂ©nia et les ascaris. Je n’ai cependant trouvĂ© aucune information scientifique Ă  ce sujet.

> Dans l’usage traditionnel, une infusion de thym est un remède naturel pour stimuler l’immunitĂ© et lutter contre l’asthĂ©nie et la fatigue.

Usage externe des feuilles de thym :

> En raison de ses propriĂ©tĂ©s antifongiques et antibactĂ©riennes, le thymol renfermĂ© dans le thym est un ingrĂ©dient que l’on retrouve dans la formule de nombreux bains de bouche antiseptiques vendus en pharmacie pour traiter l’infection des gencives (gingivites) et de la gorge, les aphtes, la mauvaise haleine et l’inflammation de la bouche. ProcĂ©der Ă  des gargarismes et des bains de bouche Ă  l’aide d’un infusĂ© de thym peut s’avĂ©rer tout aussi efficace que ces produits pharmaceutiques.

> L’usage d’une dĂ©coction de thym en bain de pied donne de bons rĂ©sultats pour traiter le ‘pied d’athlète’, une infection des pieds causĂ©e par des champignons (Trichophyton rubrum et Trichophyton mentagrophytes) qui se dĂ©veloppent surtout entre les orteils.

> Un sachet de tisane au thym ou une compresse imbibĂ©e d’un infusĂ© de thym peuvent ĂŞtre appliquĂ©s sur des furoncles, des contusions, des Ă©corchures, des petites brĂ»lures, des coupures et des plaies mineures.

> Cheveux et les pellicules: Le thym (par moyen de massages du cuir chevelu) contribuerait à la croissance des cheveux, car il stimule la circulation capillaire. Ce remède naturel aiderait également à lutter contre la formation de pellicules.

Contre-indications et effets secondaires de l’usage du thym

L’emploi du thym en phytothĂ©rapie n’est pas connu pour causer des effets secondaires majeurs. Une rĂ©action allergique Ă  cette plante peut provoquer des dĂ©mangeaisons, une Ă©ruption cutanĂ©e et un essoufflement. Il a Ă©tĂ© observĂ© que les personnes allergiques Ă  l’origan sont plus susceptibles de dĂ©velopper une rĂ©action allergique au thym.

Les femmes enceintes ou qui allaitent devraient Ă©viter l’usage thĂ©rapeutique du thym pour Ă©viter tout type de risque potentiel pour le fĹ“tus. Ă€ haute dose, le thym peut provoquer des contractions utĂ©rines et il peut causer une toxicitĂ© hĂ©patique lors d’emploi prolongĂ©.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le thym bio antioxydant naturel puissant commun, thym cultivé ou farigoule (Thymus vulgaris.)

L’est un sous-arbrisseau de la famille des LamiacĂ©es. En cuisine, on l’appelle simplement « thym ». C’est une espèce commune des garrigues ensoleillĂ©es et des steppes du sud de l’Europe, et du Nord de l’Afrique. Le thym commun est indissociable de la culture mĂ©diterranĂ©enne. Il est plus rarement appelĂ© thym vulgaire.
Le thym commun est une plante majeure des pharmacopées méditerranéennes. Il a la particularité de présenter une diversité de chémotypes très importante, lui conférant ainsi une grande variété de constituants médicinaux.
Comme aromate, la culture du thym s’est rĂ©pandue dans le monde entier.

DĂ©nomination

Thymus vulgaris a été ainsi nommé par Carl von Linné en 1753 et reste le nom utilisé par toutes les nomenclatures scientifiques.
Plusieurs noms vernaculaires dĂ©signent le thym commun : thym des jardins, pote, barigoule, mignotise des Genevois, herbe de thym, thym vulgaire, thym vrai. En Provence et Languedoc, on appelle le thym commun « farigoule » ou « frigoule », et le thym sauvage « farigoulette ». Ces mots sont empruntĂ©s au latin populaire fericula, qui dĂ©signait autrefois cette plante. « Farigoulette » dĂ©signe Ă©galement en France une liqueur de thym, que l’on sert sur de la glace.

Étymologie

Le terme « thym » est apparu dans la langue française au xiiie siècle, d’abord sous la forme de « tym ». Selon certaines sources, il est dĂ©rivĂ© du latin thymus, qui l’a empruntĂ© au grec thumos, signifiant, de façon quelque peu obscure, « grosseur ou loupe » (par rĂ©fĂ©rence Ă  la glande, le thymus). D’autres pensent plutĂ´t que le mot vient du grec thymos ou thyein, qui signifie « fumĂ©e », par allusion au fait qu’il Ă©tait jadis brĂ»lĂ© comme encens et qu’on lui attribuait alors le pouvoir d’Ă©loigner les crĂ©atures venimeuses ; ou encore de thio qui signifie « je parfume ». D’autres encore, enfin, font dĂ©river le mot du grec thumus, qui signifie « courage », la plante Ă©tant jadis considĂ©rĂ©e comme revigorante. On prĂ©tend aussi que ses origines viendraient tout d’abord de l’Égypte ancienne.

Culture du thym

Culture du thym

Dans les langues régionales occitannes

Une francisation du terme occitan existe : farigoule
En occitan : farigola
Provence et Bas-Languedoc : –
Haut-Languedoc, Rouergue, CĂ©vennes : friboulo, frigoulo, frioulo

Description

Thymus vulgaris est un petit sous-arbrisseau vivace, touffu et très aromatique de 7 Ă  30 cm de hauteur, d’un aspect grisâtre ou vert-grisâtre.
Ses tiges, ligneuses à la base, herbacées supérieurement, sont presque cylindriques. Ces tiges ligneuses et très rameuses sont regroupées en touffe ou en buisson très dense. Elles peuvent acquérir, vers leur base, une assez grande épaisseur. Les tiges florifères ne produisent jamais de racines adventives, et sont rampantes, dressées ou redressées, tortueuses dans leur partie inférieure, velue et blanches tout autour chez les jeunes rameaux.
Ses feuilles sont très petites, ovales, lancéolées, à bord roulés en dessous à nervures latérales distinctes, obtuses au sommet, ponctuées supérieurement, au pétiole extrêmement court, et blanchâtres à leur face inférieure.
Les fleurs, quant Ă  elles, sont presque roses ou presque blanches, font de 4 Ă  6 mm de longueur, sont pĂ©dicellĂ©es et rĂ©unies ordinairement au nombre de trois Ă  l’aisselle des feuilles supĂ©rieures. Elles forment ainsi une sorte d’épi foliacĂ© au sommet des ramifications de la tige. Le limbe du calice est bilabiĂ©, un peu bossu ; la lèvre supĂ©rieure a trois divisions sĂ©parĂ©es entre elles environ jusqu’au quart ou jusqu’au cinquième de sa longueur, la lèvre infĂ©rieure possède deux divisions Ă©troites et subulĂ©es ; l’entrĂ©e du tube est garnie d’une rangĂ©e circulaire de poils. La corolle, de taille variable, est un peu plus longue que le calice mais la partie tubulaire de la corolle ne dĂ©passe pas celle du calice ; la lèvre supĂ©rieure est Ă  peine chancrĂ©e, l’infĂ©rieure et Ă  trois lobes Ă©gaux et obtus. Les Ă©tamines sont incluses et le pistil entourĂ© d’un nectaire proĂ©minent du cĂ´tĂ© antĂ©rieur, donne un tĂ©trakène Ă  4 nucules petites et brune. Le style est saillant.
Le thym à linalol se distingue des autres chémotypes par un port plus ramifié et touffu, plus petit et plus ramassé.

Distribution géographique

Le thym est originaire des pays du bassin mĂ©diterranĂ©en sur les rives nord et ouest (oĂą il est souvent cultivĂ© dans les jardins) et des territoires limitrophes sous influence climatique mĂ©diterranĂ©enne; ainsi qu’en Afrique du Nord. Assez nomade, il est subspontanĂ© dans des rĂ©gions subtropicales, chaudes ou tempĂ©rĂ©es, et plus spĂ©cialement en Europe et en AmĂ©rique du Nord. En France, il est maintenant commun ou assez commun dans la partie mĂ©ridionale de la DrĂ´me et de l’Ardèche, dans les Corbières, les PyrĂ©nĂ©es-orientales. On le retrouve en montagne dans les vallĂ©es et hauts plateaux calcaires du Massif central mĂ©ridionnal ainsi que quelques espèces dans les Alpes et les PyrĂ©nĂ©es centrales, en petites colonies mais ne fleurissant pas. En Suisse, il est subspontanĂ© dans plusieurs localitĂ©s du Tessin, rarement ailleurs.
Plus précisément, le thym commun préfère un sol légèrement acide, bien drainé et rocailleux (calcaire), en plein soleil et au sec. Mais la plante se développe également sur un sol alcalin, filtrant, léger ou compact (d’argile et de limon) ou très poreux (sableux) ; un peu humide et frais.
Sa rĂ©sistance au gel est assez limitĂ©e, jusqu’à – 15 °C, nĂ©anmoins sa zone de rusticitĂ© est de 5 Ă  9. Une culture de thym doit donc ĂŞtre protĂ©gĂ©e l’hiver et ne rĂ©siste pas en cette saison Ă  500 mètres dans les Alpes oĂą elle pousse (jusqu’à 2 000 mètres) ; mais elle pourra survivre sous une bonne couverture de neige. Certaines espèces sont plus adaptĂ©es aux climats plus rudes que d’autres, comme l’espèce thymus polytrichus (serpolet Ă  pilositĂ© variable) très prĂ©sente dans les alpes du sud dans les zones pâturĂ©es très rases et sur sols rocailleux.
La capacité de cette plante à résister à de très forte chaleur provient aussi de son huile essentielle qui, produite la nuit, s’évapore le jour : c’est par cette action que la chaleur sera consommée. Ce principe fut découvert en 1960. C’est aussi pourquoi le thym sauvage sera moins résistant une fois transplanté en Europe occidentale.
Le thym craint légèrement les acariens et les maladies qui amèneraient ses racines à se dégrader. Par contre son huile essentielle aux vertus désinfectante protège sa partie aérienne.

Phytosociologie

Issue Ă  l’origine des milieux arides plus ou moins rocheux calcaires du bassin mĂ©diterranĂ©en (crĂŞtes, falaises, balmes, massifs littoraux), Thymus vulgaris comme les autres plantes hĂ©liophiles et xĂ©rophiles des garrigues, s’est retrouvĂ© en situation conquĂ©rante avec les dĂ©frichements forestiers nĂ©olithiques. Par la suite, le pastoralisme sur brĂ»lis, le traitement du taillis Ă  courte rĂ©volution, facteur d’appauvrissement des sols et de dĂ©rive des milieux dans le sens de l’Ă©claircie et de l’ariditĂ©, n’ont cessĂ© de perpĂ©tuer leur dynamique jusqu’Ă  nos jours (oĂą les incendies volontaires ou accidentels des zones boisĂ©es se substituent aux feux des bergers et aux Ă©cobuages). En effet, les pâturages ovins favorisent ce thym. Non consommĂ©, ou Ă  peine touchĂ© par les ruminants, il progresse au dĂ©triment des plantes broutĂ©es et peut finir par constituer de vastes thymaies. De valeur fourragère très faible, ces peuplements sont très apprĂ©ciĂ©s par les abeilles. Par consĂ©quent, on rencontre ce thym dans des zones anthropisĂ©s telles que les friches pâturĂ©es, les champs collinĂ©ens abandonnĂ©s, les zones de protection contre le feu gyrobroyĂ©es, les talus routiers et ferroviaires, etc. De plus, l’allĂ©lopathie accroit la dominance du thym. En effet, ses exsudats racinaires, inhibent la levĂ©e de dormance des graines concurrentes, lui permettant de constituer des peuplements purs qui s’Ă©largissent en taches plus ou moins circulaires. Cette expansion prend fin lorsque le procĂ©dĂ© d’exclusion se retourne contre le thym, les molĂ©cules produites devenant toxiques ou lorsque la forĂŞt reprend le dessus. De manière plus subtile, on retrouve ces mĂŞmes phĂ©nomènes dans les maquis sur substrat siliceux.

Usages en cuisine

Son goĂ»t typĂ© est diffĂ©rent selon le terroir Ă  tel point qu’on a donnĂ© aux diffĂ©rentes variĂ©tĂ©s le nom du pays oĂą il croĂ®t. Il peut avoir un arrière-goĂ»t citronnĂ© ou un parfum de verveine. Il donne une touche mĂ©diterranĂ©enne Ă  tous les plats, que ce soit la tomate, la grillade, le fromage de chèvre, la terrine, les pâtes et les plats mijotĂ©s. Il entre dans le classique bouquet garni. Dans une marinade, il parfume aussi bien les lĂ©gumes que la volaille et la charcuterie, le poisson que le gibier. Ce type d’usage est frĂ©quent dans la cuisine crĂ©ole de la Nouvelle-OrlĂ©ans. Il frĂ©quente avec plaisir l’ail, l’olive et les sauces au vin et entre dans la composition des farces. Le thym aromatise Ă©galement l’huile ou le vinaigre, prĂ©alablement chauffĂ©s. Il est aussi Ă  la base de liqueurs.

Usages apicoles

La floraison printanière du thym commun, courant mai, offre une miellĂ©e très fugace et très intense aux abeilles. Cependant, le thym n’apporte que très peu de son pollen ocre/brun. Cette production de nectar permettra Ă  la colonie de se dĂ©velopper au printemps. NĂ©anmoins, cette miellĂ©e est très inĂ©gale. En effet, la floraison Ă©tant sensible au froid, Ă  la pluie ainsi qu’Ă  la sĂ©cheresse et les abeilles sensibles aux vents, la production peut ĂŞtre très bonne comme inexistante. En France, la rĂ©colte de ce miel s’effectue dans les garrigues du pourtour mĂ©diterranĂ©en et sur les plateaux calcaires de faible altitude dans l’arrière-pays. Grâce Ă  ses pâturages de moutons, le causse du Larzac est un lieu privilĂ©giĂ©.
Le miel de thym peut constituer un miel monospĂ©cifique. Dans ce cas, il est de couleur jaune orangĂ©e tirant souvent vers des teintes rougeâtres Ă  la rĂ©colte. Il pâlit très lĂ©gèrement Ă  la cristallisation qui est rapide et Ă  tendance Ă  avoir une granulation grossière. CaractĂ©risĂ© par un arĂ´me puissant, ce miel exhale des saveurs rondes, lourdes et suaves qui durent longtemps en bouche. Le miel de thym peut Ă©galement ĂŞtre incorporĂ© dans le miel de garrigue en mĂ©diterranĂ©e et le miel de maquis en Corse. Traditionnellement, le miel de thym est employĂ© pour sucrer les tisanes du soir car il est apaisant et favorise le sommeil. Antiseptique reconnu, il recommandĂ© pour la prĂ©vention et le traitement des maladies infectieuses, respiratoires ou digestives. Le miel de thym est très riche en cuivre et en bore. Des Ă©tudes rĂ©alisĂ©es au CHU de Limoges par le professeur Descottes ont dĂ©montrĂ© que le miel de thym possĂ©dait des propriĂ©tĂ©s remarquables lorsqu’il Ă©tait employĂ© pour la cicatrisation des plaies. Aujourd’hui, plusieurs services de grands brĂ»lĂ©s utilisent sa mĂ©thode de soin.
Le thymol5, le composĂ© principal de l’huile essentielle du thym commun (thym Ă  thymol), est un traitement assez populaire chez les apiculteurs afin de combattre le parasite Varroa, grave flĂ©au de l’apiculture et l’une des principales causes de mortalitĂ© des abeilles. Cette molĂ©cule est Ă©galement intĂ©ressante dans le traitement de l’acariose. Il s’emploie sous forme de mĂ©dicaments, Apilife-Var (Italie), oĂą il est associĂ© au menthol, au camphre et Ă  l’eucalyptol ; Thymovar (Suisse) et Apiguard (France). Outre ces mĂ©dicaments aux marques commerciales dĂ©posĂ©es, il existe le thymol Ă  l’Ă©tat pur. Les apiculteurs justifient son emploi par la stimulation des colonies et l’amĂ©lioration de leur rĂ©sistance aux agressions. Par ces applications, le thymol n’est plus considĂ©rĂ© comme un mĂ©dicament et Ă©chappe ainsi Ă  la règlementation pharmaceutique. De plus cet usage n’est pas interdit car la substance, non vĂ©nĂ©neuse, ne laisse pas de rĂ©sidus rĂ©putĂ©s toxiques dans les aliments. Ă€ la suite de cette dĂ©couverte par des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique de France (INRA), d’autres chercheurs quĂ©bĂ©cois ont dĂ©montrĂ© que ce traitement, contrairement aux produits chimiques, n’avait aucun effet nĂ©gatif sur les populations d’abeilles ou sur la production de miel. Certains apiculteurs l’emploient donc Ă  l’Ă©tat pur, sous forme de cristaux, après l’avoir dissout dans l’alcool. Ils imprègnent ensuite divers supports de cette solution. Le thymol agit essentiellement par Ă©vaporation. Son haut pouvoir odorifĂ©rant perturbe les abeilles, aussi faut-il traiter en fin de rĂ©colte, un jour de beau temps (tempĂ©rature extĂ©rieure supĂ©rieure Ă  20 °C), et sur la totalitĂ© du rucher, sous peine de favoriser la dĂ©rive et le pillage. MalgrĂ© ces conditions, l’efficacitĂ© du thymol avoisine les 80 %.

Culture

En horticulture, la propagation ou multiplication du thym se fait au printemps. Cette production se dĂ©veloppe Ă©galement par semis, dans ce cas, les semences prennent deux Ă  trois semaines Ă  lever, la croissance est rapide et le repiquage s’effectue, lui deux mois après, avec un espace de 25 Ă  30 cm entre les plants. La division des touffes et des racines ainsi que le bouturage et le marcottage sont d’autres techniques culturales appropriĂ©es. On Ă©vitera les engrais durant l’étĂ© (sans pour autant le cultiver dans une terre trop pauvre !) qui risqueraient, par un apport excĂ©dentaire, de rendre la plante trop fragile Ă  l’époque des gelĂ©es, et les arrosages d’appoint. On pourra pailler avec des pierres plutĂ´t qu’avec de la matière organique, ce qui augmentera la chaleur Ă  son pied et rĂ©duira les risques de pourriture. On devra aussi penser Ă  couper la plante de moitiĂ© au printemps pour favoriser l’apparition de nouvelles pousses. On pourrait aussi les semer au printemps en rang et les Ă©claircir Ă  15 cm. Il est conseiller de renouveler, de faire une bouture ou de marcotter les plants tous les trois ans sinon la tige devient trop ligneuse et les feuilles perdent leur arĂ´me.
Pour une culture intérieure, le thym a besoin d’au moins 5 heures de soleil par jour ou de 12 heures de lumières artificielles. Le terreau devra être constitué de compost, de gros sable et de morceaux de calcaire. On attendra que la terre devienne sèche avant de procéder à l’arrosage.On peut alors utiliser son thym de façon régulière, sinon tailler les extrémités chaque mois.
Les tiges sont réunies en bouquets, qui sont suspendus, l’inflorescence en bas dans des locaux chauds, secs, aérés et ombragés. Après séchage complet, on procède au battage sur une toile cirée pour détacher les feuilles des branches. On conserve ensuite la plante dans un contenant hermétique, en évitant les matières plastiques pour éviter une perte des huiles essentielles par absorption par le plastique.
On peut la cultiver en compagnonnage avec la lavande avec lequel il forme une excellente Ă©quipe.

Période de récolte

Deux rĂ©coltes peuvent ĂŞtre entreprises, une en fin mai, dĂ©but juin au commencement de la pĂ©riode de floraison, l’autre en septembre. Les branches doivent ĂŞtre coupĂ©e jusqu’à 5 cm du sol ; et si l’on coupe les branches Ă  la fin de l’étĂ©, il doit ĂŞtre Ă©vitĂ© de couper plus bas que le tiers de la plante, car une coupe trop basse favoriserait l’apparition de jeunes pousses qui ne rĂ©sisteraient pas aux premiers froids.
Il est conseillĂ© de cueillir le thym dans des endroits Ă©loignĂ©s des bords des chemins et des sentiers. Il ne faut pas arracher la plante mais plutĂ´t lui couper les tiges au sĂ©cateur ou les casser du bout des doigts, tout en Ă©vitant de couper toutes les tiges et toutes les plantes, pour laisser la plante vivre et se reproduire. Il suffit d’éclaircir la plante. Il est prĂ©fĂ©rable de rĂ©aliser la cueillette après la rosĂ©e du petit matin et avant les heures les plus chaudes ; oĂą la plante aura Ă©vacuĂ© le maximum d’humiditĂ© et n’aura pas Ă©vaporĂ© son huile essentielle. On peut constater, que pour une rĂ©colte dans un champ, l’utilisation d’une fauche mĂ©canique est avantageuse. Le temps consacrĂ© Ă  la cueillette est ici amortie par du matĂ©riel adĂ©quat.

Il semblerait qu’il soit prĂ©fĂ©rable de cueillir le thym, juste avant la pĂ©riode de floraison


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Description de thym bio antioxydant naturel puissant

Le thym est un sous-arbrisseau, une plante vivace commune de nos jardins et connue pour son usage culinaire. De la famille des Labiées, le thym est une plante rampante, aux fleurs rose pâle ou blanches. Riche en huile essentielle, elle fait partie des plantes dites aromatiques, entrant dans la composition du célèbre bouquet garni. Il existe plus d’une centaine de variétés de thym, la plus courante étant le thym vulgaris, autrement appelé serpolet, lorsqu’il s’agit de thym sauvage, ou farigoule en Provence. L’origine du nom est sujette à diverses interprétations : le thym proviendrait aussi bien du latin thymus signifiant parfumer, que du grec thumus signifiant courage, que du grec thumos (grosseur), ou encore du grec thyein (fumée).

Le thym bio en France

Le thym bio en France

Culture

Originaire du bassin méditerranéen, le thym est un petit arbre solide, rustique, de teinte grisâtre, qui pousse sur les coteaux arides, rocailleux et ensoleillés jusqu’à 1 500 m d’altitude.

Historique

Dans l’AntiquitĂ©, le thym Ă©tait dĂ©diĂ© Ă  VĂ©nus. Selon la lĂ©gende, il apportait l’énergie vitale. Galien le citait dĂ©jĂ  : “Le thym est notoirement incisif et chaud. Il est propre Ă  faire uriner et Ă  provoquer le flux menstruel, Ă  faire avorter et sortir l’enfant du ventre de la mère, et, Ă  nettoyer les parties nobles et intĂ©rieures, le prenant en breuvage. Il est propre Ă  faire cracher et jeter hors toutes les superfluitĂ©s de la poitrine et du poumon”.
Aetius, cĂ©lèbre mĂ©decin grec du Ve siècle, Ă©crivait dans son Tetrabiblos, que les patients utilisant du thym “Ă©vacueront la colère et les autres humeurs, et mĂŞme la matière pourrie, piquante et mordante qui cause la douleur”. Il recommande le thym pour “les sciatiques, les douleurs des reins et de la vessie, la colite et les ballonnements, pour les mĂ©lancoliques et ceux qui ont l’esprit troublĂ©”.
Pline le conseille en cas de “toux invĂ©tĂ©rĂ©e”, pour l’expectoration et les maux d’estomac ou de l’intestin. Les Egyptiens et les Etrusques utilisaient le thym pour embaumer leurs morts. Les Grecs en brĂ»laient dans leurs temples, sur les places publiques ou devant les riches demeures. Chez les Romains, le thym entrait dans la composition de nombreux cosmĂ©tiques.
Une légende veut que le thym soit né des larmes d’Hélène, femme de la mythologie grecque, dont la beauté légendaire causa nombre de querelles et de jalousies menant jusqu’à la célèbre guerre de Troie.
L’usage du thym se rĂ©pand dans la pharmacopĂ©e au XIe siècle. Hildegarde et Albert le Grand le mentionnent contre “la lèpre, la paralysie et les maladies nerveuses”. Au Moyen Ă‚ge, le thym symbolisait la vertu et le courage. Les Ă©pouses brodaient des abeilles volant autour de fleurs de thym sur les Ă©charpes de leurs Ă©poux avant leur dĂ©part pour les tournois. Chevaliers et militaires en mettaient Ă©galement dans leur bain pour gagner en courage. Il Ă©tait enfin brĂ»lĂ© pour masquer les odeurs de nourriture avariĂ©e ou pour ralentir la putrĂ©faction des chairs.

Partie utilisée

Habituellement, les feuilles sont employées dans la préparation de recettes de cuisine. Les sommités fleuries, elles, sont utilisées en phytothérapie.

Propriétés

Le thym posséderait des propriétés balsamiques (contre la toux) et pectorales. A cet effet, le thym est souvent associé à l’eucalyptus et au cyprès pour aider à lutter contre les refroidissements.
Il peut aussi contribuer à combattre les problèmes dentaires, à soulager les inflammations buccales et des gencives et peut être utilisé en cas de mauvaise haleine.
Mais, le thym possède bien d’autres propriétés, notamment toniques, stimulantes et spasmorelaxantes.
Il serait considĂ©rĂ© comme un excellent stimulant gĂ©nĂ©ral, aussi bien sur le plan physique que sur le plan psychologique. Il contribuerait Ă  harmoniser les variations d’humeur, Ă  vaincre les idĂ©es noires, les angoisses et les stress passagers. Le thym permettrait enfin de vivifier l’esprit et d’Ă©veiller la libido.
Par son action tonifiante et carminative, le thym est couramment employé pour revigorer l’organisme, stimuler le système nerveux et dynamiser les fonctions digestives. Il peut, dans ce cas, être utilisé en association avec du romarin et de la sauge.

Actifs

Le thym est riche en thymol (40 %). Celui-ci serait vingt-cinq fois plus actif que l’un des principaux désinfectants naturels : le phénol. Il contient également des flavonoïdes (apigénol et lutéolol), des acides phénols (caféique et rosmarinique), des triterpènes, des tanins et une résine.
Le thym déshydraté serait riche en vitamine C, apportant des propriétés antioxydantes et contribuant à renforcer l’organisme face aux agressions extérieures. Il présenterait un apport non négligeable en fer, participant au transport de l’oxygène dans le sang, à la formation des globules rouges, des cellules, des hormones et des transmetteurs neuronaux. Il apporterait également de la vitamine K, nécessaire pour la fabrication des protéines et des os, et du calcium, toujours pour les os, mais aussi pour les dents, la régulation de la pression sanguine et la régulation de la contraction musculaire. Le thym serait également une bonne source de manganèse, facilitant le processus métabolique et la lutte contre les radicaux libres.

Contre-indications

Il est recommandé de ne pas consommer de thym en cas d’allergie aux plantes de la famille des Labiées (dont la menthe fait également partie). Les femmes enceintes ou celles qui allaitent doivent, de préférence, demander conseil à leur médecin avant de consommer des compléments alimentaires à base de thym.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Nom latin: thymus vulgaris.

Autres noms : thym commun, frigoule.

Description et Histoire: Originaire du pourtour méditerranéen, ce sous-arbrisseau haut de 20 à 40 cm affectionne les coteaux arides et ensoleillés jusqu’à 1 500 m d’altitude. Il possède des tiges ligneuses et des rameaux tortueux dressés grisâtres, des fleurs mellifères à corolle bilabiée blanche à rose et des petites feuilles pointues aromatiques d’odeur piquante et de saveur amère.
Le thym est un végétal précieux qui accompagne la vie des hommes depuis plus de 5 000 ans, autant pour ses usages en alimentation que médicinaux, cosmétiques ou rituels. Les Egyptiens de la haute Antiquité l’utilisaient dans la pratique de l’embaumement.
Dioscoride, médecin grec le prescrivait déjà. A Rome, Pline le conseillait pour ses vertus stimulantes et dans le traitement des douleurs. Le thym était brûlé pour purifier l’air de ses effluves aromatiques, et pour améliorer la saveur les aliments. Charlemagne en ordonna la culture dans l’ensemble de l’empire. A la fin du 18e siècle, le thymol – phénol puissamment antiseptique – est identifié et expérimenté avec succès.

Thym bio antioxydant naturel puissant

Thym bio antioxydant naturel puissant

Parties utilisées: Rameaux herbacés fleuris, frais, séchés ou distillés.

Principaux principes actifs: L’huile essentielle : contient essentiellement des phénols. Plusieurs « chimiotypes » sont disponibles sur le marché dont le thym à linalol, doux pour la peau et les muqueuses. Flavones, hétérosides de l’apigénol et du lutéolol.

Propriétés: Tonique général et anti infectieux par ses phénols, anti bactérienne, anti fongique. Antiviral. Anti oxydant. Anti spasmodique. Antiseptique. Vaso-dilatateur en application locale. Utilisé dans les affections respiratoires, troubles gastro-intestinaux. Soin des plaies cutanées superficielles. Désodorisant, arômatisant.

Indications: Grippe, bronchite chronique, sinusite, toux.
Fatigue, asthénie, surmenage.
Crampes
Foie douloureux et paresseux, flatulences, gastrite chronique, permet de lutter contre les spasmes intestinaux. Favorise la sécrétion de bile.
Permet de lutter contre les champignons, les bactéries, les vers…

Mode d’utilisation:
Voie interne

Infusion : 1 c. à café de plante séchée pour une tasse d’eau bouillante. Infuser 10 minutes. 2 à 3 tasses par jour. Pas d’usage prolongé.
Teinture-mère (TM) : 50 gouttes dans 1 / 2 verre d’eau. 2 à 3 fois par jour.
Hygiène buccale : gargarisme : stomatite, aphtes, laryngite, amygdalite.
Voie externe:

Huile essentielle : en massage, la diluer impérativement dans de l’huile végétale.
Usage alimentaire : le thym fait partie du « bouquet garni ». Il aide à digérer les graisses et à lutter contre les fermentations.
Toxicité et effets secondaires:
A ne pas utiliser sans l’avis d’un thérapeute car en trop grande quantité d’essence de thym peut être à l’origine non seulement de troubles gastro-intestinaux mais également d’une dépression du système nerveux central.
Une dose forte de 6 grammes de thymol (un des constituants du thym) peut entraîner une intoxication grave à la suite de lésions du foie. Cette intoxication se caractérise par des troubles du fonctionnement de l’organisme se traduisant par une albuminurie (présence d’albumine dans les urines) et une hémoglobinurie (présence d’hémoglobine dans les urines).
Enfin, l’utilisation prolongée de thymol est quelquefois à l’origine d’une intoxication de la glande thyroïde.

Ne pas donner aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Usages et culture du thym bio antioxydant naturel puissant.

Il a besoin de soleil et pousse à l ’état sauvage sur les collines arides des régions méditerranéennes.

La germination prend deux ans aussi est- il préférable de reproduire la plante par division de racines, par marcottage. Les plantations s ’effectuent à tout les 30 cm.

A chaque printemps, il est préférable d ’engraisser la terre avec de l ’engrais ou de la poudre d ’os et de couper la plante de moitié pour favoriser l ’apparition de nouvelles pousses.

Il faudra éviter de mettre de l ’engrais durant l ’été car cet apport excédentaire de vitamines rend la plante fragile à l ’époque des gelées.

I1 faut renouveler les plants presque tous les 3 ans, sinon la tige devient trop ligneuse et ses feuilles perdent leur goût si caractéristique.

Elle a aussi besoin d ’au moins 5 heures d ’ensoleillement par jour ou 12 heures de lumière artificielle. Le terreau doit être composé de compost, de gros sable et de morceaux de calcaire. Il faut attendre que la terre devienne sèche avant de procéder à l ’arrosage.

RĂ©colte de thym bio antioxydant naturel puissant

RĂ©colte de thym bio antioxydant naturel puissant

RĂ©colte :

On récolte les sommités et les feuilles au tout début de la période de floraison;

SĂ©chage

Couper les branches jusqu ’à 5 cm du sol et faire sécher la tête en bas dans un endroit chaud, sec, ombragé et bien aéré. Conserver dans un contenant hermétique.

P.S. si on coupe les branches à la fin de l ’été, il ne faut pas couper plus bas que le tiers de la plante. Une coupe trop basse favorise l ’apparition de jeunes pousses qui ne résistent pas aux premiers froids.

Usages

Les feuilles de Thym sont riches en huile essentielle dont les propriétés sont mises à profit en phytothérapie. Elle est très antiseptique et utilisée à ce titre pour soigner les infections pulmonaires. Elle est spasmolytique et calme les toux quinteuses de la coqueluche et de l ’emphysème. Elle est active sur la rhinorrhée car elle diminue les sécrétions nasales. Mise à part son activité pulmonaire, le thym s ’utilise aussi pour les problèmes intestinaux il soigne les ballonnements et l’aérophagie en association avec le charbon végétal. Son action antiseptique s ’exerce également sur le système digestif et notamment en cas de diarrhée. Il s’ajoute une action vermifuge. Le thym a des vertus stimulantes et antivirales et peut à ce titre être utilisé pour prévenir les récidives d ’herpès ou de zona.